Wowpedia
Advertisement
  • Sceptre de Sargeras
  • Niveau d'objet 750Disenchants into:
    Not disenchantable
  • Lié quand ramassé
  • Unique
  • Bâton
  • Deux mains
  • Vitesse 3.60
  • 1321 – 1928 dégâts
  • (451.3 dégâts par seconde)
  • +766 Endurance
  • +3297 Intelligence
  • Augmente votre score de hâte de +340
  • Augment votre score de maîtrise de +340
  • Châsse de Relique de Gangrefeu Châsse de Relique de Gangrefeu
  • Châsse de Relique de Feu Châsse de Relique de Feu
  • Équipé : Confère la technique Faille dimensionnelle, qui ouvre des portails dans l'espace-temps pour infliger de terribles dégâts à vos ennemis.
  • "Quand l'heure de passer à l'acte arriva enfin, Ner'zhul laissa libre cours à sa rage, sans songer un seul instant aux conséquences. Peu lui importait que Draenor fût détruite ; au contraire, c'est ainsi qu'il marquerait l'histoire de son empreinte."

Le Sceptre de Sargeras est l'arme prodigieuse du démoniste Destruction dans Legion.

Source[]

Cet objet est la récompense de la quête : Rituel raté.

Description[]

Créé au terme d’un terrible labeur par des centaines de serviteurs de Sargeras, ce sceptre a le pouvoir de forcer l’ouverture de portes dimensionnelles entre les mondes. Il fut englouti sous les mers pendant des siècles, puis utilisé par le chaman orc Ner’zhul pour former le portail qui déchira Draenor et n’en laissa qu’un monde brisé, l’Outreterre. Il fut finalement récupéré par les grands mages du Kirin Tor, qui, échouant à le détruire, le cachèrent dans un caveau gardé et scellé par magie pour l’éternité afin que personne ne puisse plus jamais le brandir. [1]

Histoire[]

Le sceptre de Sargeras

Ce bâton n'était pas destiné à tomber un jour entre des mains mortelles. Forgé sur ordre de Sargeras après sa défaite lors de la guerre des Anciens, il devait permettre aux démons de conquérir Azeroth une bonne fois pour toutes. Capable de déchirer la trame de la réalité et d'anéantir les barrières qui séparent les mondes, ce sceptre peut détruire tout ce qui se dresse entre vous et votre objectif.

Si vous avez de la chance, il ne fera pas davantage de dégâts.


Le sceptre de Sargeras, I


C'est pendant la guerre des Anciens que la reine des elfes la nuit Azshara et ses ensorceleurs bien-nés tentèrent d'invoquer Sargeras sur Azeroth. Cette entreprise était sans précédent, car personne auparavant n'avait construit de portail assez puissant pour laisser passer un titan. Des semaines durant, les Bien-nés travaillèrent sans relâche à l'élaboration de sorts pouvant ouvrir un passage dans la colossale source de puissance des elfes de la nuit qu'était le Puits d'éternité.

Mais alors que Sargeras allait se manifester, la résistance des elfes de la nuit déstabilisa le sort et détruisit le Puits d'éternité. Pourtant si près du but, le titan fut renvoyé dans le Néant distordu, où il fit le serment de se venger.

C'est suite à ces événements qu'il prit la décision d'abattre lui-même le mur qui le séparait de l'objet de sa convoitise.


Le sceptre de Sargeras, II


Après sa défaite au Puits d'éternité, Sargeras se mit immédiatement à élaborer une nouvelle stratégie qui lui permettrait d'envahir Azeroth. Il savait qu'il ne pouvait comptait sur un portail statique, puisqu'une telle structure nécessitait une quantité astronomique d'énergie et que la source la plus prometteuse avait été détruite au cours de la précédente tentative. De plus, les laborieux préparatifs magiques des Bien-nés avaient trahi ses intentions, permettant ainsi à la résistance des elfes de la nuit de contrecarrer ses plans. Pour venir à bout des défenseurs d'Azeroth, il allait de voir entrer dans le monde subrepticement.

Il ordonna donc aux érédars de forger un outil capable de déchirer brièvement des failles entre les mondes afin de laisser le temps à un fragment de son âme d'effectuer la traversée. Bien qu'il ne puisse entrer ainsi en Azeroth sous sa forme la plus dévastatrice, un tel instrument permettrait à son avatar de prendre la tête d'une armée d'invasion de la Légion ou de se livrer à des manœuvres plus subtiles.

Cet instrument allait également lui permettre d'affaiblir l'intégrité de l'univers physique et de favoriser son effondrement, avantages qui restaient néanmoins secondaires à ses yeux.


Le sceptre de Sargeras, III


Il y a des millénaires de cela, Sargeras ordonna à ses plus talentueux ensorceleurs érédars de lui fabriquer un bélier cosmique. Il ne le déçurent pas.

Ses mages accomplirent tout d'abord de sombre rituels pour concentrer l'essence d'innombrables portails dans un unique bâton, qu'ils projetèrent aux quatre coins de la Ténèbre de l'Au-delà afin de le lier à la trame de la réalité, créant ainsi un fil qui pourrait être tiré à loisir pour détricoter la trame de l'univers physique. Pour alimenter ce monstrueux rituel, cent démonistes sacrifièrent cent démons parmi ceux de la Légion qui avait participé à l'invasion ratée d'Azeroth.

Ainsi fut forgé le sceptre orné de joyaux de Sargeras. Ainsi naquit le fléau d'Azeroth.


Le sceptre de Sargeras, IV


Le sceptre de Sargeras est connu pour l'étincelant joyau qui orne son faîte. Nombreux sont ceux qui pensent qu'il symbolise l’œil torve du titan déchu qui n'avait entrevu Azeroth avant d'être renvoyé dans le Néant distordu. Mais la vérité est tout autre.

Peu après la guerre des Anciens, Sargeras eut une nouvelle vision : une nouvelle implosion du Puits d'éternité l'entraînait cette fois au cœur même d'Azeroth. Il n'y restait qu'un court instant, mais cela lui suffisait pour contempler l'âme assoupie de ce monde. Et à ce moment précis, l'âme-monde ouvrait un œil et le fixait, le plongeant dans l'extase.

Dès lors, l’œil de l'âme-monde d'Azeroth fut au cœur de chacune de ses pensées, au point qu'il ordonna aux érédars ayant forgé le sceptre de le couronner d'un unique orbe magnifique. Les érédars placèrent autour du joyau deux ailes de nathrezims représentant l'idée qu'il se faisait de l'âme-monde : corrompue, démoniaque et plus important encore, sienne.


Le sceptre de Sargeras, V


Le sceptre de Sargeras, véritable merveille conjuguant magie des Arcanes et sorcellerie gangrenée, était un instrument digne d'un titan. Il pouvait lacérer la structure même de l'univers physique pour ouvrir des portails vers n'importe quel royaume. Pourtant, les failles ainsi créées ne pouvait laisser passer qu'une partie de l'âme de Sargeras, ce qui n'était à ses yeux qu'un inconvénient mineur. Il trouverait des moyens de le compenser. Il prit donc son mal en patience.

Des millénaires plus tard, une occasion se présenta enfin. La Gardienne Aegwynn était devenue la plus puissante mage d'Azeroth et même le conseil de Tirisfal était incapable de la contrôler. Sa fierté faisait d'elle une cible idéale pour la corruption de Sargeras. Bien qu'il ne puisse envahir Azeroth sous sa forme la plus meurtrière, il espérait utiliser la Gardienne rebelle pour servir ses desseins.


Le sceptre de Sargeras, VI

Extrait du journal d'Aegwynn, Gardienne de Tirisfal :

"Nous venions de mettre en déroute les serviteurs de la Légion lorsque le ciel s'assombrit soudain. Ma bouche devint sèche et j'eus la chair de poule, en réaction à des signaux que mes sens de mortelle ne pouvaient exposer. La tension était similaire à celle qui précède un orage cataclysmique, juste avant que les Tête-tonnerre déchaînent leur incroyable puissance. Pourtant, l'air était aussi immobile que les ossements du grand Galakrond. Quelque chose de terrible était en train de se produire et nous ne pouvions qu'attendre."

"Je me souviendrai toujours de ce son. Un son glissant, vide, claquant, comme celui d'une masse fracassant le crâne d'un géant. Mais d'une tout autre ampleur ; plus fort, plus long. Et bien que l'épicentre fût à quelque distance, il me transperça comme une flèche. Les limites du monde semblèrent vaciller et je crus un instant qu'elles allaient s'effondrer, mais elles tinrent bon.

C'est ainsi que l'avatar de Sargeras fit son entrée sur le champ de bataille."


Le sceptre de Sargeras, VII


C'est dans les déserts glacés du Norfendre que Sargeras défia la Gardienne Aegwynn, avançant vers elle tandis que le portail qui l'avait mené sur Azeroth se refermait derrière lui. Son avatar n'était qu'un pâle reflet de sa véritable forme, mais cela n'avait que peu d'importance. Car même s'il se révélait incapable de vaincre son adversaire, il pourrait toujours l'utiliser au service de ses noirs desseins. Il lui suffisait de l'affaiblir suffisamment pour qu'un fragment de son esprit puisse se glisser en elle. Tout comme il avait infiltré Azeroth à l'aide du sceptre, il envahirait l'âme d'Aegwynn pour la corrompre et faire d'elle l'un des instruments de la Légion.

Bien qu'elle parvint à détruire l'avatar de Sargeras grâce à un déluge de puissance arcanique, Aegwynn se souviendrait plus tard de ce combat comme du plus brutal qu'elle ait jamais livré. Et malgré le cadavre de son adversaire gisant à ses pieds, elle eut le plus grand mal à croire qu'elle l'avait emporté.

Elle était loin de se douter qu'elle venait en réalité d'être vaincue.


Le sceptre de Sargeras, VIII


Extrait du journal d'Aegwynn, gardienne de Tirisfal :

"J'ai vaincu l'avatar du Grand Ennemi, Sargeras, mais je ne parviens pas à savourer ma victoire. Je ressens comme un vide dans ma poitrine, comme la douleur persistante d'une blessure dont j'ignore l'origine. Sans doute s'agit-il du contrecoup de la bataille.

Je dois éliminer les reliquats de l'incursion du titan déchu. Bien que son avatar ne fût qu'un fragment de sa forme véritable, sa dépouille rivalise de taille avec celle de Galakrond. Je ne puis laisser ses os reposer à côté de ceux du proto-dragon gargantuesque. Qui sait quelle ignoble souillure ils pourraient répandre ? Même dans la mort, son cadavre irradie la malveillance, refusant de lâcher son sceptre maudit comme s'il comptait encore imposer son règne."

"Le sceptre. Jamais plus il ne doit être porté. Cet instrument a permis à Sargeras d'entrer sur Azeroth en éventrant l'univers, au risque d'anéantir notre monde. L’œil qui le surmonte l'observe et semble se moquer de moi. Je vais faire en sorte qu'il ne voie plus jamais la lumière du jour."


Le sceptre de Sargeras, IX


Après avoir vaincu l'avatar de Sargeras, Aegwynn enterra son cadavre de Suramar avec les armes qu'il portait. Le sceptre demeura ainsi pendant des siècles au fond des mers sous la protection des sceaux magiques des Bien-nés, et il ne perdit rien de sa puissance.

Sargeras tenta bien d'utilisant d'en reprendre en utilisant Aegwynn, mais la tâche s'avéra plus difficile qu'il ne l'avait escompté. S'il était capable d'influencer la Gardienne de bien des façons, il se révélait toutefois incapable de la pousser à exhumer le sceptre de son tombeau aquatique. Quelque chose l'en empêchait, un instinct plus impérieux que tous les murmures de Sargeras. Elle connaissait le danger posé par cette arme et savait que son utilisation risquait d'entraîner la destruction de l'univers. Malgré la possession du titan noir, elle ne céda jamais.

Sargeras comprit qu'il lui faudrait se montrer plus subtil. Il décida donc d'étendre son influence pernicieuse au fils d'Aegwynn, Medivh, avant même sa naissance. Il espérait utiliser son nouveau serviteur pour récupérer son précieux sceptre.

S'il était parvenu à ses fins, le monde de Draenor n'aurait peut-être pas été anéanti.


Le sceptre de Sargeras, X


Outre le titan noir, le sceptre de Sargeras connut plusieurs porteurs. L'un d'eux ne fut autre que le démoniste orc Ner'zhul.

Après la défaite de la Horde au cours de la Deuxième guerre, Ner'zhul voulut réveiller l'ardeur guerrière de ses partisans en ouvrant des portails vers de nouveaux mondes à conquérir. Il envoya donc ses serviteurs récupérer différentes reliques dans la tombe de Sargeras, dont le sceptre que le titan déchu avait utilisé des siècles plus tôt pour infiltrer Azeroth.

Mais Ner'zhul n'étant par Sargeras, il ne pouvait ordonner au bâton d'ouvrir des portails, et fut forcé d'attendre un alignement favorable des constellations de Draenor et d'utiliser le sceptre combiné à d'autres reliques. Il était frustré et impatient et, exalté par l'influence du crâne de Gul'dan, il reçut des visions de son ancien apprenti l'encourageant à déchaîner ses pouvoirs divins.

Lorsqu'arriva enfin l'heure de passer à l'acte, il laissa donc libre cours à sa rage, sans songer un seul instant aux conséquences. Peu lui importait que Draenor fut détruite ; au contraire, c'était ainsi qu'il marquerait l'histoire de son empreinte. Armé de son sceptre, il ouvrit brèche après brèche dans la trame de la réalité, rompant les attaches qui reliaient Draenor au reste de l'univers physique. Et en se précipitant pour franchir l'un des portails, il entendit le monde voler en éclats derrière lui.


Le sceptre de Sargeras, XI


Après la destruction de Draenor, le seigneur démon Kil'jaeden arracha le sceptre de Sargeras des mains de Ner'zhul. La longue attente avait pris fin : l'arme prodigieuse appartenait de nouveau à la Légion et Kil'jaeden entendait l'utiliser pour envahir Azeroth.

Mais il n'avait pas la puissance de Sargeras et ne pouvait pas créer un portail suffisamment puissant pour laisser passer ne serait-ce que son avatar. Il conspira donc avec Kael'thas Haut-Soleil afin d'ouvrir un passage au travers du Puits de soleil, la source de puissance ruinée des elfes de sang. Combiné au pouvoir apocalyptique du sceptre, le portail de Kael'thas ouvrit la voie à sa forme réelle.

Le seigneur démon en put cependant poser le pied sur Azeroth, car Anveena, l'incarnation de l'énergie du Puits de soleil, s'y opposa. Elle se sacrifia afin de déchaîner toute sa puissance et de renvoyer le Trompeur dans le Néant distordu avec le sceptre de Sargeras.

Depuis ce jour, le bâton n'a plus été vu sur Azeroth. Un réconfort tout relatif puisque la Légion ne manquera pas de l'utiliser à nouveau pour envahir le monde. Et peu importe son porteur, la menace qu'il représente reste incommensurable. La destruction de Draenor témoigne de l'ampleur des ravages que de simples mortels peuvent causer avec arme.

Références[]

Changement dans un patch[]

  • Legion Patch 7.0.3 (20-07-2016) : Ajouté.

Liens externes[]

Advertisement