Sargeras

De Wowpedia
Aller à : navigation, rechercher
Neutral
Sargeras
Image of Sargeras
Titre Le Titan noir,
Le Seigneur de la Légion Ardente; voir plus bas
Sexe Mâle
Race(s) Titan[1]
Affiliation Légion ardente
Occupation Commandant suprême et créateur de la Légion ardente,
Champion du Panthéon (anciennement)
Emplacement Avatar enterré dans la Tombe de Sargeras, Esprit dans le Néant Distordu
Statut Actif [2][3]
Disciple(s) Kil'jaeden, Archimonde, Aggramar
Compagnon(s) Le Panthéon,[4] , Gueulétripe le Dévoreur (molosse personnel)


"La Légion ardente n'est qu'une ombre de sa terrible noirceur. Croyez-moi quand je dis que l'espoir serait permis même s'il nous envoyait chacun des démons qui le sert, mais que cet espoir disparaîtrait si nous les détruisions tous seulement pour qu'il pose le pied sur notre monde."
Krasus

Sargeras (prononcé "sar-gé-rass") est le créateur et chef de la Légion ardente. Sargeras était jadis le Champion du Panthéon, choisi pour défendre les mondes que les titans avaient ordonnés. Cependant, alors qu'il servait autrefois en tant que gardien et protecteur, il cherche désormais à détruire toutes les âmes-mondes ainsi que toute vie dans l'univers, et à défaire ce que les titans s'étaient efforcés d'accomplir pendant des siècles.[5]

Ses actions, ou les effets de ses actions, font essentiellement de lui l'un des principaux antagonistes de l'histoire de Warcraft.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Champion du Panthéon[modifier | modifier le wikicode]

Sargeras avant sa chute.
Sargeras combattant des démons avec Gorshalach.

Comme tous les titans, Sargeras était né d'une âme-monde arrivée à maturité à l'intérieur d'une planète dans la Ténèbre de l'Au-delà. Il était le plus puissant guerrier du Panthéon titan et possédait à l'origine le titre de "Défenseur" et était le "plus noble de tous".[5] Comme le reste de son espèce, il était altruiste et juste, incapable de concevoir le mal absolu.[6] Quand les chaotiques démons, suppôts du Néant Distordu, commencèrent à menacer le travail des titans consistant à apporter l'ordre aux mondes de la Ténèbre, Sargeras fut envoyé les combattre. Sargeras continua à vaincre les démons désorganisés et incompétents avec aisance, mais il découvrit également que certains démons avaient commencé à manier les sombres énergies du Vide. Le Défenseur suspecta également l'existence d'êtres malfaisants, bien plus puissants que de simples démons, qui cherchaient à agir sur l'univers physique, dissimulés derrière le voile du Vide. La présence de ces êtres troubla Sargeras, mais il continua néanmoins son travail.[7]

A sa grande consternation, Sargeras découvrit bientôt que les démons qu'il tuait retournaient simplement dans le Néant Distordu pour y renaître dans de nouveaux corps et continuer à tourmenter les mondes de la Ténèbre. Le Panthéon s'inquiétait de cette évolution et de l'augmentation de l'activité démoniaque, ils envoyèrent alors le titan inexpérimenté Aggramar pour assister Sargeras au combat. Aggramar s'avéra être un élève prodige et gagna bientôt l'admiration de Sargeras, devenant son fidèle lieutenant. Les deux combattaient côte à côte contre les perpétuels démons du Néant. Cela permit à Sargeras d'étudier de plus près la nature du Néant, et en apprenant comment manipuler les énergies magiques du royaume chaotique, il créa un monde prison connu sous le nom de Mardum pour contenir les démons qu'ils avaient vaincu (bien que sur Mardum, les démons étaient inactifs ; un nathrezim nommé Ulthalesh, en particulier, dirigeait la proche dimensionnelle d'une poigne de fer, ruminant sa vengeance[8]). Les invasions démoniaques devenaient de plus en plus rares, et ensemble, les deux titans apportèrent bientôt la paix au cosmos.[7]

Trahison[modifier | modifier le wikicode]

Sargeras détruisant l'âme-monde corrompue.

Sargeras et Aggramar convinrent finalement de se séparer afin de protéger plusieurs parties de l'univers en même temps, leur permettant de combattre plus efficacement les démons. Ce fut durant cette période que Sargeras apprit l'existence des Seigneurs du Vide et découvrit leurs plans. Arrivant sur un monde qui avait totalement infesté par de monstrueuses aberrations connues sous le nom de Dieux très anciens, le titan interrogea sans ménagement un conclave de démons nathrezims qui occupaient le monde noir. Par eux, Sargeras apprit que les seigneurs du Vide avaient envoyé les Dieux très anciens dans le cosmos pour infecter tous les mondes qui abritaient des âme-mondes titans, et que s'ils y parvenaient, l'âme-monde serait déformée en une indiciblement sombre créature dont même le Panthéon ne pourrait venir à bout : un Titan noir. Enragé par cette découverte, Sargeras fendit la planète en deux, tuant instantanément le titan à naître qu'elle abritait. Il retourna ensuite immédiatement voir le reste du Panthéon pour leur faire part de sa découverte, mais ils le châtièrent pour son action irréfléchie, insistant sur le fait qu'ils auraient pu purger l'âme-monde de sa corruption sans la tuer. Sargeras essaya de convaincre les autres titans qu'il avait ce qui était juste, et que l'univers devait être purgé de toute vie - qui, dans son esprit, pouvait déjà avoir été corrompue par les seigneurs du vide - afin de prévenir le risque qu'une âme-monde soit corrompue, ouvrant ainsi la voie aux seigneurs du Vide (dans son esprit, même un univers sans vie était préférable à un univers dominé par le Vide, arguant que si la vie avait autrefois elle-même pris racine dans la Ténèbre, peut-être qu'elle le ferait à nouveau). Réalisant finalement que les autres ne partageraient jamais son point de vue, Sargeras partir en fulminant et ne revint jamais.[7]

Naissance de la Légion[modifier | modifier le wikicode]

Sargeras et la Légion ardente.

Alors que les titans continuaient leur travail, Sargeras médita sur le sort du cosmos dans l'isolement. La peur, le doute et le désespoir le submergeaient, et il finit par arriver à la conclusion que le seul moyen d'épargner l'univers fondamentalement imparfait des seigneurs du Vide était de le purifier de toute vie. Ainsi commença la Croisade ardente. Le titan déchu savait qu'il lui faudrait une armée pour accomplir cela, il voyagea alors jusque Mardum, qui était devenue boursouflée et déformée par les énergies gangrenées au cours des éons. Sargeras brisa instantanément le monde prison, relâchant ses innombrables résidents démoniaques sur le cosmos et créant une explosion d'énergies gangrenées si puissante qu'elle pervertit sa forme en un être effroyable de haine ardente. Dans le processus de destruction du monde-prison, le titan déchu avait également déchiré les frontières entre le Néant et la Ténèbre, créant une large gueule ardente de feu émeraude qui serait un rappel perpétuel de la trahison du titan jusqu'à la fin des temps.[9] Sarferas imprégna ensuite de sa puissance les voraces hordes de démons se tenant devant lui, leur octroyant une taille ou une intelligence plus grande. Il leur offrit alors un choix simple : rejoindre sa cause ou être détruit.[9] Alors que la plupart des démons acceptèrent, une minorité refusa, se ralliant à la place au seigneur de l'effroi Ulthalesh. En réponse à ce défi, Sargeras forgea une grande faux de gangracier dans les feux de la destruction de Mardum, l'utilisant pour récolter les âmes des démons rebelles et les piégeant dans une nouvelle prison. Ulthalesh, dont la volonté était la plus forte, fut la dernière à être dévorée. Sargeras nomma la faux, connue plus tard sous le nom d' [Ulthalesh, la faux de Deuillevent], d'après le nathrezim qui s'était opposé à lui, et qu'il en ferait don aux nathrezims, aux seigneurs funestes et même aux demi-dieux, seulement pour voir leurs esprits dévorés par la faux alors qu'ils tombaient.[8]

Avec les démons rebelles annihilés, Sargeras avait formé sa Légion ardente. L'armée tomba sur son premier monde, exterminant plusieurs civilisations mortelles et espèces intelligentes. Sargeras annihila lui-même le constellaire qui avait été assigné à la surveillance de la planète. Aggramar, l'ancien élève de Sargeras, fut le premier à apprendre la mort du constellaire et arriva pour confronter son ancien maître. Il exigea une explication à Sargeras, mais quand il réalisa que ses paroles ne l'influenceraient pas, Aggramar défia le titan déchu en combat singulier. La bataille entre eux fit rage jusqu'à ce que, dans une explosion de gangrefeu et d'arcanes, les épées des deux combattants se brisent. Grièvement blessé, Aggramar battit en retraite et informa le Panthéon de la trahison de Sargeras.[9]

Nihilam[modifier | modifier le wikicode]

Le Panthéon et la Légion, ceints par la guerre, s'affrontaient l'un l'autre près d'une planète appelée Nihilam. Aman'Thul, le Haut-père du Panthéon, supplia Sargeras d'abandonner sa cause folle, lui disant qu'une âme-monde lointaine appelée Azeroth deviendrait un jour assez puissante pour défier les seigneurs du Vide. Sargeras l'écoutait attentivement, mais demeura indifférent. Malgré leur récent combat, Aggramar fit alors une dernière tentative de raisonner Sargeras. Il approcha son ancien mentor, désarmé, essayant de le persuader en lui remémorant les glorieuses batailles qu'ils avaient tous deux remportées. Mais Sargeras ne changerait pas. Dans un hurlement de fureur et de chagrin, l'ancien champion leva son épée et l'abattit sur Aggramar, le tranchant en deux. Outrés par ce meurtre, le Panthéon lança un assaut total sur Sargeras, mais, incapables de rivaliser avec la puissance gangrenée du titan déchu, périrent bientôt aussi. Le titan noir proclama son armée victorieuse et entreprit de continuer la Croisade ardente, il finit alors par découvrir l'emplacement d'Azeroth qui, selon lui, ne sauverait pas l'univers mais qui au contraire le mènerait à sa perte si elle était corrompue... A l'insu de Sargeras, cependant, le titan Norgannon avait réussi à lancer un ultime sort qui parvint à sauver temporairement les âmes du Panthéon de la destruction de leurs corps, envoyant leurs esprits à travers le cosmos.[9]

La Croisade ardente[modifier | modifier le wikicode]

Sargeras apparaît au Triumvirat sur Argus sous le déguisement d'un être élégant et rayonnant.

Bien que Sargeras soit parvenu à détruire le Panthéon, une grande partie de la Légion avait été inutilement tuée dans la bataille sur Nihilam. La plupart des démons, bien qu'assoiffés de sang, manquaient de réflexion stratégique, et le titan déchu ne pouvait diriger seul toute son armée. Sur la planète Argus, Sargeras trouva les agents tacticiens et rusés qu'ils cherchaient — les érédars, une race d'êtres hautement intelligents avec une affinité naturelle pour la magie sous toutes ses formes. Sous l'apparence d'un être radieux et élégant, Sargeras apparut aux trois plus grands dirigeants érédar, Kil'jaeden, Archimonde, et Velen, et leur fit une offre : puissance inimaginable, prestige et l'opportunité de transformer des mondes primitifs en de paisibles sanctuaires en échange de leur allégeance. Bien que Velen eut des doutes, Kil'jaeden et Archimonde acceptèrent avec joie. Guidé par une vision des naarus et du cristal ata'mal, Velen et ses adeptes fuirent, devenant les draeneïs. Le reste du peuple érédar fut transformé en hideux démons, les murmures gangrenés de Sargeras déferlant à travers les esprits de chaque habitant d'Argus, leur enlevant toute capacité de raisonnement.[9]

Sargeras confia à Kil'jaeden le Trompeur la tâche de rechercher les races les plus sombres de l'univers et de les recruter dans les rangs de la Légion. Pendant ce temps, Archimonde le Profanateur mènerait les vastes armées de Sargeras au combat contre quiconque s'opposerait à la volonté du titan noir. Maintenant que ses armées étaient constituées et prêtes à suivre son commandement, il déchaîna ses forces dans l'immensité de la Ténèbre. A ce jour, il est difficile de dire combien de mondes ont été consumés et brûlés par la Légion ardente dans leur croisade impie à travers l'univers.[10]

Legion Le contenu de cette section est exclusif à Legion.

A un certain point après la formation de la Légion, Sargeras confia à une aranasi nommée Tyranna un artefact appelé la clé sargerite et l'assigna souveraine du monde brisé de Mardum. Moreover, Sargeras offrit au puissant peuple aldrachi une place dans sa Légion ardente. Mais les aldrachis s'avérèrent être incorruptibles : ils massacrèrent d'innombrables démons avant que leur race fut anéantie. Sargeras, utilisant un Avatar, tua personnellement leur plus grand champion et s'empara des ses armes - les Lames de guerre des Aldrachi, qui échouèrent finalement dans les mains de Kil'jaeden et de sa loyale chasseuse de démons.[11]

Sargeras avait également un molosse personnel nommé Gueulétripe le Dévoreur et un assassin nommé Akaari qui reçut les Crocs du Dévoreur, des dagues sculptées dans les crocs de la bête morte.[12]

La Première Invasion d'Azeroth[modifier | modifier le wikicode]

Sur Azeroth, 10,000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, la reine Azshara et son peuple elfe, les Bien-néss, maniaient la magie comme un jouet. Sentant la grande puissance magique du Puits d'éternité, Sargeras découvrit finalement la position d'Azeroth. Dans le but d'envahir la planète, il apparut à Azshara. La reine bien-né fut impressionnée et submergée par l'immense puissance de Sargeras. Il utilisa une subtile forme de manipulation mentale alors qu'il parlait à elle et son conseiller, Xavius. Ils virent Sargeras comme un dieu et le vénérèrent. Azshara accepta de le laisser pénétrer dans son monde seulement pour goûter à une portion de sa connaissance et de son énergie. (Par ailleurs, elle pensait qu'il l'épouserait.) Ainsi commença la première invasion d'Azeroth.

Sargeras brûlant les yeux d'Illidan.

Archimonde et le puissant seigneur des abîmes Mannoroth arrivèrent avec fracas en Kalimdor, déchirant le monde et se nourrissant de chaque once d'énergie qu'il trouvaient. Sargeras attendait dans le Néant Distordu qu'Azshara renforce assez le portail pour lui permettre d'entrer, et durant ce temps, il accomplit de nombreuses choses.[13]

Parmi elles, il fit de Xavius le premier de ses satyres et fit un don à Illidan Hurlorage avec sa sombre magie, il brûla les yeux de l'elfe de la nuit et recouvrit ses épaules de tatouages arcaniques. [14][15] Puis, il donna la faux Ulthalesh à Sataïel et lui commanda de faucher les âmes des habitants insoumis d'Azeroth, en commençant par la région qui serait plus tard connue sous le nom de défilé de Deuillevent.[8]

Mais, au moment crucial de son arrivée sur Azeroth, les elfes de la nuit, aidés du peuple de Cénarius et des dragons d'Alexstrasza, unirent leurs forces et se rebellèrent contre les bien-nés dans une bataille dont l'apogée fut la destruction du Puits d'éternité, ce qui fit violemment trembler la majorité du continent. Les défenseurs d'Azeroth avaient payé un lourd tribut pour renvoyer les démons dans le Néant Distordu, mais en fin de compte, la mission de Sargeras avait échoué pour la toute première fois. La fissure du portail dans le Néant Distordu avait disparu dans un tel déferlement de magie que les forces qui portaient le monde se rompirent, faisant imploser le Puits d'éternité. Une immense partie de Kalimdor coula dans l'océan, et là où se se situait le Puits d'éternité ne se trouvait plus qu'un gigantesque vortex océanique, baptisé plus tard le Maelstrom.

Dans le roman Guerre des Anciens, Krasus, Rhonin, et Brox sont renvoyés dans le passé et aident le demi-dieu Cénarius et les Aspects dragons à combattre la Légion ardente. Une fois de plus, dans cette nouvelle ligne temporelle, la première invasion d'Azeroth de Sargeras échoua. A la fin de la guerre, Broxigar sauta à travers le portail et utilisa la Hache de Cénarius, forgée par Malfurion Hurlorage, pour tuer de nombreux démons avant d'attirer l'attention de Sargeras lui-même. Dans une dernière tentative désespérée de gagner du temps pour ses alliés, Broxigar attaqua personnellement l'immense titan avec la Hache de Cénarius, le blessant à la jambe, une extraordinaire prouesse pour quelqu'un qu'on disait invincible. Sargeras tua ensuite Broxigar, cependant, cette égratignure fut cruciale. Quand Sargeras s'approcha du portail, Krasus canalisa la puissance combinée de ses compagnons dans la minuscule blessure, ce qui distraya momentanément Sargeras du portail. Malfurion utilisa cette opportunité pour assaillir le portail et le déstabiliser. Refusant de croire à sa défaite, Sargeras entra dans le portail en perdition dans une tentative futile de le reformer. Il implosa, le renvoyant dans le Néant.[16]

Après le Puits d’éternité[modifier | modifier le wikicode]

Après sa défaite au Puits d'éternité, Sargeras planifia immédiatement sa prochaine méthode d'infiltration d'Azeroth. Il savait qu'il ne pouvait compter sur un portail statique ; pour servir un titan, un tel portail nécessitait une quantité astronomique de puissance, et la source la plus prometteuse avait été détruite durant sa dernière tentative. En outre, les préparatifs laborieuses et les incantations des Bien-nés avaient mis fin à ses intentions, ce qui avait permis à la résistance elfe de la nuit de le contrer. S'il voulait vaincre les défenseurs d'Azeroth, Sargeras devait entrer sur ce monde avec un maximum de discrétion.

Ainsi il ordonna aux érédars de forger un outil qui ouvrirait des failles entre les mondes un court instant, juste assez longtemps pour laisser passer une portion de son âme. Bien que cela signifiait qu'il ne pourrait entrer en Azeroth dans sa forme la plus dévastatrice, un tel instrument ouvrirait la voie à son avatar pour mener l'invasion de la Légion ou réaliser des projets plus subtils. Un tel instrument affaiblirait également l'intégrité de l'univers physique et menacerait de le faire s'effondrait, mais Sargeras considérait cela comme des bénéfices secondaires.

Toute d'abord, des dizaines de magi menèrent de sombres rituels pour canaliser d'innombrables portails dans un unique bâton. Ils projetèrent ensuite l'artefact renforcé à chaque coin de la Ténèbre de l'Au-delà, l'entrelaçant dans le tissu de la réalité, créant ainsi un fil pouvant être tiré pour démêler les nœuds de l'univers physique à volonté. Pour alimenter cette monstrueuse entreprise, une centaines de démonistes sacrifièrent une centaines de démons, les sélectionnant parmi les troupes de la Légion qui avait fait partie de l'invasion échouée d'Azeroth. Ainsi fut forgé le Sceptre serti de Sargeras.

Peu après la guerre des Anciens, Sargeras eut également une vision : le Puits d'éternité implosait à nouveau, mais cette fois, il l'entraînait vers le cœur même d'Azeroth. Il n'était là que pour un instant, mais à ce moment, il vit l'âme-monde en sommeil d'Azeroth -- et à cet instant précis, l'âme-monde ouvrit un œil et regarda le Titan noir. Sargeras exaltait. Depuis, l’œil de l'âme-monde d'Azeroth occupait ses pensées. Il ordonna aux érédars qui avaient forgé le sceptre de le couronner d'un seul merveilleux orbe. Juste à côté, les érédars placèrent deux ailes de nathrezims, un testament de la conception par Sargeras de l'âme-monde : corrompue, démoniaque et, par-dessus tout, sienne.[8]

Sargeras et Sataïel[modifier | modifier le wikicode]

Dans le millénaire suivant l'effondrement du Puits d'éternité, Sataïel, toujours sur Azeroth, devint de plus en plus ambitieuse, d'une forte volonté et extrêmement confiante. Elle était venue sur Azeroth pour montrer de quoi elle était capable à Sargeras, mais quand elle vit les sommets qu'elle pouvait atteindre avec Ulthalesh, elle se demanda si elle n'avait pas visé trop bas. Elle avait massacré des milliers d'innocents, transformant le défilé de Deuillevent en tombeau, et ouvrant un nexus magique d'une force indicible. Son destin était radieux, et elle n'avait besoin d'aucun patronage pour l'accomplir. Le seigneur de l'effroi Ulthalesh murmurait à Sataïel depuis la faux, infestant son esprit. Elle décida de garder le nexus magique pour son compte et mit en place de puissantes protections magiques pour le dissimuler au monde extérieur. Puis elle rompit tout contact avec la Légion, attendant son heure jusqu'à ce qu'elle et Ulthalesh aient la force de défier le Titan noir.

Quand Sargeras découvrit sa tromperie, il était furieux. La source de puissance lui revenait de droit, et Sataïel la lui cachait. De plus, ses espions sur Azeroth l'informèrent qu'elle avait la folie des grandeurs, conspirant avec l'esprit d'Ulthalesh pour abattre Sargeras. Une telle arrogance ne pouvait rester impunie. L'érédar arriviste devait être éliminée. Sargeras trouva son champion en la personne de Scavell, le Gardien de Tirisfal. Il envoya des visions au Gardien à propos d'une dangereuse entité se cachant dans le défilé de Deuillevent, un démon attendant le retour de la Légion ardente. Scavell mena hardiment la charge, pourchassant Sataïel et, après une bataille épique, la tua avec sa propre arme. Son âme hurlante fut absorbée par la faux.

Aegwynn et Medivh[modifier | modifier le wikicode]

Medivh le Corrompu.

Quelques neuf mille ans après la Guerre des Anciens, une autre Gardienne de Tirisfal, Magna Aegwynn, gardait un œil vigilant sur Azeroth, détruisant les démons partout où elle en trouvait. Sargeras vit qu'Aegwynn était une sérieuse menace, mais il vit également qu'elle pouvait être manipulée. Le Titan Noir envoya des agents démoniaques dans une chasse aux dragons. Les démons tuèrent de nombreux dragons, mais Aegwynn apparut inévitablement pour aider les grandes créatures. C'est à ce moment là que Sargeras utilisa le Sceptre de Sargeras pour envoyer son propre avatar pour combattre la Gardienne. Bien qu'Aegwynn en sortit victorieuse avec l'aide des dragons, cette défaite était prévue depuis le début par Sargeras ; son esprit entra dans le corps d'Aegwynn, attendant son heure pendant des siècles.[17]

After Aegwynn defeated Sargeras's avatar, she interred his corpse in the ruins of Suramar, along with the artifacts that he bore. Deep beneath the sea, shielded by enchanted Highborne seals, the Scepter of Sargeras remained for centuries, its power undiminished. Sargeras attempted to regain control of the staff through Aegwynn, but the task proved more difficult than he had estimated. He could sway the Guardian in many ways, but he could not compel her to exhume his scepter from its watery grave. Something held her back, a primal instinct louder than Sargeras's whispering. She knew the artifact was dangerous, that its use risked the destruction of all things. Even possessed by the Dark Titan, she would not yield.[8]

Quelques années plus tard, l'Ordre de Tirisfal informa Aegwynn que son devoir de Gardienne était fini et lui demanda de se rendre à Dalaran pour que son successeur soit désigné. Aegwynn désobéit à la demande de l'Ordre, décidant que seul quelqu'un de sa lignée pourrait le devenir. Sargeras, within Aegwynn, was slowly twisting her thoughts. She became more distant from the Council; rarely being seen by them. Sargeras amplified fears she already had about the Council. The Council had been using its powers to manipulate the politics of the Eastern Kingdoms. They believed they had the power to prevent war suffering, for the greater good. Aegwynn believed that their constant manipulations would end in disaster. She decided to not relinquish her roll as Guardian, for fear that the Council could elect a new weaker Guardian they could control and manipulate. Aegwynn would eventually fall in love with the sorcerer Nielas Aran of the Tirisgarde, who agreed with her opinions on the council, and the two fathered Medivh to pass the Guardian powers on to. Unbeknownst to either of them, Sargeras began to corrupt Medivh from within Aegwynn.[18] Through this new vessel, Sargeras planned to recover his beloved Jeweled Scepter.[8]

Quand Medivh eut quatorze ans, ses pouvoirs de Gardien se manifestèrent, le plongeant dans un coma qui dura dix ans. Durant ce temps, Sargeras s’immisça dans l'énorme puissance du Gardien, et quand Medivh se réveilla enfin, le titan noir avait presque totalement prit le contrôle. Dans son nouveau corps, Sargeras contacta le démoniste orc Gul'dan, chef d'une horde d'orcs sur le monde de Draenor, un monde qui avait été découvert par son lieutenant, Kil'jaeden, quelques générations auparavant. Medivh se rendit au Noir Marécage dans les terres reculées au sud d'Azeroth et ouvrit la Porte des Ténèbres, donnant aux orcs un accès permanent à la planète. La Horde des orcs de Gul'dan déferla par le portail, déclarant la guerre aux humains natifs du Royaume d'Azeroth.

Le caractère de Medivh avait profondément changé après son coma, et ses amis et relations les plus proches remarquèrent que quelque chose n'allait pas. La mère de Medivh, Aegwynn, désormais bannie de son royaume pour ses méfaits contre l'Ordre de Tirisfal, s'était rendue compte de ce que lui avait fait Sargeras, et contacta le Roi Llane et son général, le Seigneur Lothar. Ce dernier pensa qu'il n'avait pas d'autre choix que de de tuer Medivh le corrompu afin d'empêcher le malfaisant Gardien de causer plus de dommages à Azeroth. L'apprenti de Medivh, Khadgar, aida Lothar et une émissaire orque, Garona, à infiltrer la tour sombre de Medivh, Karazhan. Malgré son immense pouvoir, Medivh fut pris au dépourvu et, en fin de compte, tué par ses anciens amis et camarades dans son sanctum sous-terrain.

Sargeras désirait se venger contre les royaumes des hommes et s'attendaient à ce que les orcs traversent le portail et détruisent les humains. Bien que les orcs aient effectivement traversé le portail et causé beaucoup de dégats aux royaumes humains, Sargeras vit finalement ses plans échouer en raison de la mort prématurée de Medivh. A la fin, Sargeras quitta le corps de Medivh et voulut retourner dans le corps de son avatar, mais il n'en eut pas le temps.[19]

Rencontre de Gul'dan avec Sargeras[modifier | modifier le wikicode]

Sargeras (ou une illusion) vue dans flashback de Gul'dan dans Warcraft III : The Frozen Throne.

Le démoniste orc Gul'dan croyait que la Tombe de Sargeras contenait un incroyable pouvoir depuis que Medivh et le démon érédar Kil'jaeden le lui avaient dit. Gul'dan tenta de s'emparer seul de la tombe, mais quand il parvint à y accéder, l'avatar de Sargeras n'était pas là. A la place Gul'dan trouva une pléthore de démons rendus fous par leur longue captivité, les démons voulurent mettre en pièces Gul'dan mais il survécut à la première embuscade. Puis Gul'dan vit Sargeras (ou tout du moins une illusion de lui) se moquant de lui et comprit qu'il n'avait été qu'un pion et un idiot. Sachant que désormais il n'obtiendrait pas l'Œil de Sargeras et qu'il mourrait dans cette tombe, il écrivit son histoire dans des runes avec son propre sang. Peu après, les démons envoyés par Sargeras[20] vinrent le tuer et finirent par utiliser son crâne comme point focal de pouvoir démoniaque.[21][22]

Legion[modifier | modifier le wikicode]

Legion Le contenu de cette section est exclusif à Legion.

De nombreuses années plus tard, la Légion ardente lança sa troisième invasion d'Azeroth. Leur pleine puissance terrifiante est concentrée à invoquer Sargeras sur Azeroth, et ils ont déjà localisé la clé de son retour.[23]

Le seul espoir des forces d' Azeroth est de retrouver les Piliers de la Création, de puissants artefacts et ouvrages créés par les titans eux-mêmes, pour refermer le portail avant que les démons ne puisse finalement invoquer le titan noir en personne sur Azeroth, ouvrant ainsi la voie à la destruction finale du monde. Etant au courant qu'Azeroth recherche les Piliers de la Création, Sargeras envoya personnellement Mephistroth pour mener une armée de démons à Karazhan pour les empêcher d'apprendre l'emplacement des Piliers.[24]

Si des aventuriers de l'Alliance approchent de la Tombe de Sargeras durant la bataille du Rivage brisé, ils sont tués instantanément par une technique appelé "Regard de Sargeras", et le message suivant apparaît : Vous sentez une présence accablante de l'autre côté du portail vous toucher un instant....[25]

Bien qu'il n'apparaisse pas en personne, la voix de Sargeras est entendue dans un flashback de la Guerre des Anciens où il brûle les yeux d'Illidan Hurlorage et lui révèle dans une vision la vraie puissance de son armée infinie.[26]

Déclin de la Légion[modifier | modifier le wikicode]

Alors que Kil'jaeden observait Khadgar, Velen, et les champions des domaines réunis ensemble à Dalaran depuis son vaisseau au-dessus d'Argus, il dit à Sargeras que tout ce qu'a fait la Légion sous les ordres de celui-ci ne leur avait apporté que l'échec. Sargeras demanda à Kil'jaeden s'il avait perdu de vue sa destinée et se demanda s'il avait surestimé la résolution de Kil'jaeden. Ce dernier, irrité, clama qu'il avait sacrifié son monde pour sa destinée et qu'il était temps de la voir s'accomplir.[27]

A l'intérieur de la salle de la Communion profondément sous le bassin de Sholazar, Azeroth avertit son Orateur, Magni Barbe-de-Bronze, que l'arrivée de Sargeras était imminente.[28]


Apparence[modifier | modifier le wikicode]

Sargeras menant la Légion ardente au combat.

Sargeras est un être colossal presque au-delà de la compréhension. Avant sa corruption, il était décrit comme un noble géant de bronze,[29] mais en brisant Mardum il déchaîna une énorme explosion d'énergie gangrenée qui pervertit son être même. De ses yeux jaillissent des gouttes de feu émeraude alors que des volcans de gangrefeu enflamment son corps, fendant sa peau et révélant une fournaise de haine brûlante infinie.[9] Le titan noir est entièrement gainé d'une armure noire en fusion, et sa peau est craquelée de veines de magma. Des flammes dansantes entourent sa tête et forment une épaisse masse de cheveux et une large barbe. Une paire de cornes s'étendent depuis son front et une paire d'ailes démoniaques résident dans son dos.[5]

Pouvoirs[modifier | modifier le wikicode]

Les pouvoirs exacts que détient le titan noir sont peu clairs, bien que certainement redoutables étant donné son statut d'ancien titan et de seigneur de la Légion. Sa puissance avant sa corruption était telle qu'il était considéré comme le Champion du Panthéon, et il a démontré sa capacité à détruire des mondes entiers sans le moindre un effort. Après sa chute et sa corruption, il fut capable de détruire à lui seul le Panthéon avec sa magie gangrenée.

Il a été montré utilisant les pouvoirs suivants :

  • Sargeras créa une planète, Mardum, et y lia les âmes de tous les démons qu'il avait combattu.
  • Télépathie (est capable de communiquer avec ses serviteurs, tels que Mannoroth et Archimonde, depuis le Néant)
  • Illusion (peut montrer des visions et parler d'voix angélique et compatissante.[30]
  • Invulnérabilité contre les armes mortelles, et immunité limitée contre les armes immortelles (La Hache de Cénarius de Broxigar fut capable de l'érafler, mais sans grand effet, alors que les pouvoirs de l'Âme du Démon n'ont aucun effet).
  • Habilités magiques diverses (s'en est prit à Illidan via le portail ouvert pour l'invoquer).
  • Capacité de posséder un corps mortel (est resté dans les entrailles d'Aegwynn pendant presque un millénaire) et en prendre le contrôle (Medivh).
  • La force de 100 dragons est à peine une fraction de la force de Sargeras;[31] sa force est proche de celle d'un portail dimensionnel qui s'effondre.
  • Par rapport à Sargeras, Mannoroth et Archimonde sont des insectes.[31] Ceci peut faire référence soit à sa puissance, soit à sa taille.
  • Il porte une horrifique épée brisée nommée, selon une source non-canon, Gorribal.
  • Sargeras peut reformer ses serviteurs à volonté.[32]
  • Diverses capacités magiques (fustigea Illidan avec de l'énergie à travers un portail, le marqua avec des tatouages arcaniques et lui donna une vision démoniaque, déchaîna une monumentale tempête gangrenée qui oblitéra le Panthéon titan).

Titres et qualificatifs[modifier | modifier le wikicode]

  • Titan Noir [33]
  • Titan Déchu [15] (supprimé du second livre)
  • Dieu de la Corruption et des Flammes[15]
  • Le Seigneur Démon
  • Le Destructeur
  • Le Destructeur de Mondes
  • Le Malin[34]
  • Le Déchu
  • Le Grand Ennemi de toute vie [35]
  • Le Grand[36]
  • Le Ravageur de Mondes
  • Maître, Seigneur
  • Le Ténébreux[37][38]

Développement du personnage[modifier | modifier le wikicode]

Il était dit l'origine dans le manuel de Warcraft III : Reign of Chaos que Sargeras avait sombré dans le désespoir en raison des démoniaques érédars et nathrezims, et qu'il avait abandonné le Panthéon parce qu'il croyait que la vision des titans d'un univers ordonné était vaine — que le chaos et la dépravation étaient les seuls absolus. L'origine des érédars a subi un retcon massif par l'introduction des draeneïs dans World of Warcraft: The Burning Crusade et dans le magazine WoW, qui montre à la place Sargeras combattant les nathrezims, les mo'args, les sayaads et les infernaux avant sa corruption, mais la raison pour laquelle il a trahi ses camarades titans est relativement restée la même.

World of Warcraft : Chroniques Volume 1 changea le passé de Sargeras une fois encore en fournissant une raison spécifique à sa trahison : à savoir, les seigneurs du Vide et le risque que les Dieux très anciens infectent une âme-monde en gestation.

Artefacts relatifs[modifier | modifier le wikicode]

Sargeras possède diverses armes :

  • Le Sceptre serti de Sargeras (ou simplement  [Sceptre de Sargeras]) — Créé au terme d’un terrible labeur par des centaines de serviteurs de Sargeras, ce sceptre a le pouvoir de forcer l’ouverture de portes dimensionnelles entre les mondes.[39] Il fut pris dans la Tombe de Sargeras sur ordre de Ner'zhul, et utilisé par celui-ci pour former le portail qui déchira Draenor. Il était en possession de Ner'zhul quand il entra dans la faille pour fuir son monde en perdition. [40] Retrouvé de manière inconnue par le Kirin Tor et contenu dans un caveau à Dalaran, le sceptre finit par atterrir entre les mains du Gul'dan venant de la Draenor altérée par le temps, qui a l'intention de l'utiliser de la même manière que Ner'zhul sur la draenor originelle. Il est volé par un démoniste du Conseil de la Moisson noire, qui le porte dans la guerre contre la Légion ardente.
  • L'Œil de Sargeras — On ignore si c'était son véritable œil ou un bijou qu'il portait sur lui quand il fut "tué" par Aegwynn. Il semble avoir la faculté de concentrer la magie en une unique force destructrice. Il a été détruit à Dalaran quand le sortilège d'Illidan fut interrompu.
  • Atiesh, Grand bâton du Gardien — Cette arme était utilisée par Medivh. Sargeras y scella un puissant démon quand il possédait Medivh. Le démon y résidait toujours même quand le bâton fut brisé. Le démon se nommait Atiesh. Il devait être tué pour purifier le bâton.
  • L'anonyme lance de Sargeras, qu'il portait quand Aegwynn a combattu son avatar. La lance est inscrite de runes qui saignent continuellement.[41] (On pense qu'elle est un mélange entre Gorshalach et le Sceptre de Sargeras, bien qu'il ait porté une lance différente dans un récent artwork.)


The RPG Icon 16x36.png Le contenu de cette section est exclusif au RPG Warcraft et ne constitue pas une référence.

  • Gorshalach — Sargeras portait cette épée quand il était encore le Champion du Panthéon. Elle se fractura en deux morceaux lorsque Sargeras sombra dans la folie. Sargeras reforgea l'un des deux fragments en son arme actuelle, Gorribal, alors que l'autre fragment fut prit par Aggramar et reforgé en Taeshalach.
    • L'épée que porte Sargeras dans un artwork officiel et qui a été brisée durant son premier duel contre Aggramar ressemble à Gorshalach, mais elle n'a pas reçu de nom officiel.

Dans le RPG[modifier | modifier le wikicode]

The RPG Icon 16x36.png Le contenu de cette section est exclusif au RPG Warcraft et ne constitue pas une référence.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Aegwynn combattant l'avatar de Sargeras.
Sargeras près sa chute.

Sargeras était autrefois un titan vanir,[42] appelé pour vaincre et emprisonner les hordes de démons natives du Néant Distordu, ainsi leur malveillance ne contaminerait pas la vision de l'ordre des titans. Sargeras s'adonna à sa tâche avec dévotion pendant plusieurs millénaires.[43]

Bouleversé par la haine et la monstruosité sans bornes des démons, Sargeras commença à perdre espoir envers sa tâche et sombra petit à petit dans une profonde dépression. Il était incapable de comprendre la nature d'un mal aussi pur, et en vint à blâmer les titans de ce qu'il considérait être leur recherche erronée d'un ordre factice. Sargeras conclut alors que le chaos et la corruption étaient les seules vraies forces dans l'univers et s'exila avec colère des rangs des titans pour toujours.[43]

Sargeras erra dans le Néant Distordu pendant des milliers d'années, libérant les nombreuses races de démons qu'il avait auparavant chassé et emprisonné. Il plia les démons fraîchement libérés à sa volonté et les utilisa pour bâtir une gigantesque armée qui deviendrait plus tard appelée la Légion ardente.[43]

Convaincu que l'ordonnancement de l'univers par les titans était dénaturée et en définitive responsable de la nature corrompue des démons, Sargeras décida de défaire le travail des titans à travers tout l'univers. Le seul moyen de réparer leurs fautes était de détruire tous les mondes façonnés et ordonnés il y a si longtemps par les titans.[43]

Sargeras et la Légion finirent par découvrir le jeune monde d'Azeroth grâce à l'usage insouciant de magie des arcanes par les elfes de la nuit, Sargeras commença à convoiter les énergies infinies du Puits d'éternité.[43] La première invasion d'Azeroth par Sargeras échoua, et ses armées furent vaincues par le demi-dieu Cénarius et les Aspects dragons laissés par les titans.[44]

La seconde fois que Sargeras lança un assaut sur Azeroth, il fut confronté à Aegwynn, le Gardien de Tirisfal. Alors qu'Aegwynn surveillait les lieux, elle trouva une faille d'où sortaient les agents de la Légion dans les Pics Foudroyés. Utilisant le portail, Sargeras entra en Azeroth sous la forme d'un avatar. Il est dit que cet avatar était infusé d'une portion de son âme qu'il contrôlait à distance.[44][45] La Gardienne de Tirisfal n'hésita pas à l'attaquer, mais Sargeras se refréna, laissant la mage détruire son corps physique. Cependant, en mourant, l'esprit de Sargeras entra dans le corps d'Aegwynn et s'y dissimula, restant en sommeil pendant des années. Inconsciente de la présence impure en elle, Aegwynn enterra le corps physique de Sargeras dans une tombe qu'elle enfouit profondément sous l'océan.[44]

Finalement l'esprit de Sargeras se réveilla et prit possession de l'esprit du fils à naître d'Aegwynn, Medivh. Quand Medivh fut assez âgé pour revêtir à son tour le manteau de Gardien de Tirisfal d'Aegwynn, l'esprit de Sargeras le manipula pour qu'il utilise ses pouvoirs pour contacter Gul'dan et ouvrir un portail entre Draenor et Azeroth. Sargeras désirait se venger contre les royaumes humains, et s'attendait à ce que les orcs traversent le portail et les détruisent. Bien que les orcs aient passé le portail et causé d'importants dégâts aux royaumes humains, les plans de Sargeras finirent par échouer car les proches de Medivh avaient décelé des signes de possession chez le sorcier et vinrent pour le tuer. Alors que Medivh mourrait, le fragment de l'esprit de Sargeras qui l'avait possédé fut libéré et rapidement dispersé. Beaucoup pensent que l'esprit de Sargeras perdure quelque part, ruminant sa vengeance contre le seul monde à avoir jamais résisté à la puissance de la Légion...[44]

Brann Barbe-de-bronze est tout à fait convaincu que le véritable Sargeras n'a en fait jamais posé le pied sur Azeroth, cela impliquant qu'il soit toujours quelque part dans le Néant Distordu.[45] La crédibilité de cette théorie est étayée dans la Guerre des Anciens, en effet, la puissance du Puits d'éternité était nécessaire pour créer un portail suffisamment fort pour permettre à Sargeras de pénétrer en Azeroth, de plus, cela avait nécessité beaucoup de temps pour être accompli. Le portail utilisé pour amener le Sargeras qu'Aegwynn a combattu fut alimenté et créé en quelques minutes.

Compétences et habilités[modifier | modifier le wikicode]

En tant que'ancien Champion du Panthéon, Sargeras est quasiment insensible aux dégâts physiques et il est hautement résistant aux attaques magiques. Ses pouvoirs naturels sont plus puissants qu'aucun autre titan. Les influences démoniaques ont fait naître des flammes sur le corps de Sargeras, ce lui l'immunise totalement aux dégâts de feu et de magie gangrenée. La chair de Sargeras brûle d'énergie démoniaque, incendiant tout sur son passage. Le corps en flammes de Sargeras augmente la température ambiante de cinquante degrés à ces centaines de kilomètres à la ronde. L'effet sur le climat peut être dévastateur.[44] Regarder son armure en fusion peut quasiment brûler les yeux.

Citations[modifier | modifier le wikicode]

Guerre des Anciens[modifier | modifier le wikicode]

  • "J'ai décidé de te racheter. J'ai décidé qu'il y avait une place pour toi. J'ai sondé la noirceur en toi et ce que j'y ai trouvé m'a plu. J'en fait le coeur de ce que tu vas devenir et en faisant cela, tu seras de loin un serviteur supérieur à ce que tu fus . Tu dois être remodelé, pour que les autres remarquent la gloire et la punition que je t'ai infligé, et en cela, je change de toi ce qu'ils connaissent le mieux.
  • "Tu es fort, mais pas assez."

Le Dernier Gardien[modifier | modifier le wikicode]

  • "Le temps de Tirisfal est révolu. Ce monde s'agenouillera bientôt devant l'assaut de la Légion."
  • "Rends-toi. J'ai besoin de ton pouvoir."
  • "Tu as tué un corps, sorcière. Tu n'as tué que ma forme physique ! Tué et caché dans une tombe sous la mer. Mais c'était ma volonté de la sacrifier pour obtenir une plus grande récompense. Oui, chère Mère. Je me suis caché dans tes entrailles et immiscé dans les cellules endormies de ton enfant informe. Un cancer, une plaie, une tare de naissance que tu n'aurais jamais présumé. Te tuer était impossible, te séduire encore moins. J'ai donc fait de moi ton héritier.
  • "Tu vois, je suis rien de plus qu'un rouage de la grande machine, un rouage qui tourne depuis l'effondrement du Puits d'éternité. La seul chose sur laquelle les fragments originels de Medivh et moi nous accordons, c'est que ce cycle doit être brisé. Bien sûr, je peux te l'assurer, nous pensons la même chose."

Divers[modifier | modifier le wikicode]

  • Vandel a vu Sargeras dans une vision détruisant d'innombrables mondes potentiels dans une infinité d'univers.[46]
  • Sargeras est doublé par Rick Wasserman en V.O.

Inspiration[modifier | modifier le wikicode]

  • Sargeras peut être partiellement inspiré de :
    • Sargonnas, un dieu de Lancedragon. Ceci est appuyée par le fait que les illustrations de Sargeras le montrent habituellement portant des cornes semblables à celle d'un taureau, alors que Sargonnas est un dieu des minotaures et est habituellement décrit comme ayant de cornes.
    • Surtur, un super-vilain du Comics de Marvel Thor, qui lui est inspiré de Surt de la Mythologie Nordique. Surtur et Surt sont tous deux décrits comme un géant de flamme portant une énorme épée qui dirige une immense armée de démons dans le but ultime de réduire le monde (et dans le cas de Surtur, l'univers) en flammes.

Spéculation[modifier | modifier le wikicode]

Questionmark-medium.png
Cet article ou section contient des spéculations, observations ou opinions éventuellement soutenus par l'histoire de l'univers Warcraft ou par des annonces de Blizzard. Il ne doit pas être considéré comme représentant l'histoire officielle de l'univers Warcraft.
  • Il est possible que Sargeras soit le "maître" auquel fait référence Varimathras durant la Bataille de Fossoyeuse. La théorie selon laquelle le maître de Varimathras est Sargeras est lourdement appuyée par le fait que le fichier-son de la lointaine voix du maître soit nommé "Sound\\Creature\\Sargeras\\WG_Sargeras_HOR01.wav". The voice is also the same as Sargeras's voice in Legion.

Gallerie[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Changement dans un patch[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. World of Warcraft : Ultimate Visual Guide - Updated and Expanded, pg. 35
  2. BlizzCast Episode 7. J. Allen Brack: "...Sargeras est toujours là..." "...Je suis certain qu'il n'en a pas fini..."
  3. http://www.wowhead.com/spell=181559/gaze-of-sargeras#comments
  4. World of Warcraft : Chronicle Volume 1, 19.
  5. 5,0 5,1 et 5,2 World of Warcraft: The Magazine Issue 5
  6. Warcraft III - manuel, 133
  7. 7,0 7,1 et 7,2 Chroniques Volume 1, pg. 22-25
  8. 8,0 8,1 8,2 8,3 8,4 et 8,5 Tome of Blighted Implements
  9. 9,0 9,1 9,2 9,3 9,4 et 9,5 Chroniques Volume 1, pg. 48-52
  10. Warcraft III - manuel, 135
  11. Legion : Armes prodigieuses du Chasseur de Démons
  12. Legion : Armes prodigieuses du Voleur
  13. Guerre des Anciens
  14. Guerre des Anciens
  15. 15,0 15,1 et 15,2 Ultimate Visual Guide
  16. Chroniques Volume 1, p. 105]
  17. Aegwynn et la chasse au dragon
  18. World of Warcraft: Chronicle Volume 1, pg. 152-162
  19. Le Dernier Gardien, 292
  20. Modèle:Ref WoWCV2
  21. Tides of Darkness, 299-305
  22. Warcraft III: The Frozen Throne - manuel, Night Elves 3
  23. Site officiel de Legion
  24. Quest:Hiding in the Stacks
  25. http://www.wowhead.com/spell=181559/gaze-of-sargeras#comments
  26. Quest:In My Father's House
  27. World of Warcraft: Legion - Patch 7.2 – The Tomb of Sargeras Trailer
  28. Quête : Murmures d'un monde effrayé
  29. Sargeras et la Trahison
  30. Dave Kosak on Twitter
  31. 31,0 et 31,1 The Sundering, 324
  32. Jeremy Feasel on Twitter
  33. Les Iles brisées (Warcraft III) , le conte de Drak'Thul
  34. |Histoire de Khadgar
  35. Warcraft III : Reign of Chaos Game Manual
  36. L'Ame du Démon, 92 (ebook)
  37. Helm of the Burning Protector
  38. Shrine of the Great Warrior
  39. Legion: Warlock Artifact Reveal
  40. Beyond the Dark Portal, 338
  41. [Le Dernier Gardien]], 121
  42. Ombres et Lumière, 121
  43. 43,0 43,1 43,2 43,3 et 43,4 Ombres et Lumière, 122
  44. 44,0 44,1 44,2 44,3 et 44,4 Ombres et Lumière, 123
  45. 45,0 et 45,1 Guide Joueur de l'Alliance, 133
  46. World of Warcraft : Illidan, chapter 9

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]


Prédécesseur :
Aucun
Position :
Champion du Panthéon
Successeur :
Aggramar
Prédécesseur :
Aucun
Position :
Seigneur de la Légion
Successeur :
Kil'jaeden et Archimonde (conjointement)

Modèle:Gods and demigods